TerraGuidon

Terra Guidon : un compost dans la tête

Terra Preta s’associe au  Guidon Dans La Tête pour la réalisation d’un bac à compost dans leurs nouveaux locaux.

Depuis plusieurs mois, déjà, l’association Un Guidon Dans La Tête a pris possession de ses nouveaux locaux au  34 rue Albert Thomas à Clermont-Ferrand (devant le stade Philippe Marcombes).

Un déménagement plus que nécessaire !

Le déménagement devenait urgent, l’ancien atelier commençait à déborder de la cave au grenier. Les vélos s’entassaient les uns sur les autres et les bénévoles aussi ! Grâce à l’Ophis, et à l’appui de la Mairie (et aussi à beaucoup de patience), ils sont passés d’une chambre étudiante à un loft de plusieurs centaines de mètres carrés. Bref, une grande bouffée d’air frais pour l’association…

Et du coup, qui dit grand bâtiment, dit grande cuisine , et donc biodéchets… Et qui dit biodéchets, ben dit… Terra Preta 😀

C’est dans ce contexte, qu’il nous a paru évident de leur proposer un partenariat pour mettre en place un bac à compost.  Valoriser les vieux vélos, c’est un peu comme valoriser les biodéchets, tout ça n’est que de l’économie circulaire… Et quand on partage ce genre de valeurs, on n’hésite pas bien longtemps pour agir.

Palettes, scie, visseuse…et quelques heures plus tard le bac à compost est opérationnel…

Photo du bac à compost dans le jardin de l'association un Guidon dans la Tête.
Mise en place du bac à compost au Guidon. Simple mais efficace !

…prêt à recevoir les restes de repas de la cuisine de l’association. Mais pas que ! Les adhérents de l’association peuvent aussi profiter de cet espace pour apporter leurs propres biodéchets après (ou avant) avoir fait la révision de leurs vélos.

Mais ce n’est pas tout !

Afin de rendre les gérants autonomes, il est indispensable d’apporter tout ce qui va leur être nécessaire pour correctement s’occuper du compost.

Besoin d’eau et donc d’un toit

Pour cela, il faut un toit avec une gouttière et un bidon (pas encore installé, mais ça ne saurait tarder). Le toit est amovible grâce aux charnières faites maison, à base de cubes de palettes et d’un tube de guidon (quand on vous dit qu’on peut tout faire avec de la récup’). Ainsi on peut lui donner une pente pour recueillir l’eau de pluie, ou le soulever complètement pour faire les opérations de maintenance du compost (principalement le retourner à la fourche).

Toit amovible avec gouttière du bac à compost.
Toit amovible avec gouttière du bac à compost.

Besoin de matières sèches et d’outils

A cela s’ajoute un tas de branches fragmentées (ou Bois Raméal Fragmentés mais c’est un abus de langage car les branchages n’ont pas été coupés pendant la période de dormance de l’arbre) pour utilisation comme matière sèche/carbonnée (afin de rééquilibrer l’apport massif d’azote avec les biodéchets) et structurer le compost  pour créer des petites poches d’air, et donc d’oxygène nécessaire à la décomposition aérobie du compost (c’est la voie de décomposition qui ne dégage pas d’odeur par opposition à la fermentation, et dans un lieu avec du public, on privilégiera cette voie).

Tout ce qu'il faut pour composter au guidon dans la tête
A droite du bac, la fourche dans le tas de branchages fragmentés.

Besoin d’une poubelle

Ensuite, il faut prévoir une petite poubelle pour les déchets non fermentescibles. En général, ce sont les sacs plastiques contenant les biodéchets, les étiquettes sur les épluchures et quelques autres petites choses… Cela simplifie grandement l’entretien du bac, et préserve aussi la motivation des bénévoles.

Poubelle pour le tout venant.
Poubelle pour le tout venant.

Besoin de formation

Enfin, il ne reste plus qu’à mettre quelques petits panneaux explicatifs, rappelant les quelques règles essentielles pour le bon entretien d’un compost. N’importe qui s’intéressant au bac pourra ainsi en comprendre le fonctionnement. C’est pour cela que nous prévoyons dans les mois qui viennent la formation de quelques référents de site, bénévoles au Guidon, qui pourront faire perdurer cette initiative.

Mais qu’est ce qu’une association d’auto-réparation de vélos va bien pouvoir faire de ce compost produit ?

C’est simple !  Faire d’un terrain négligé, un petit oasis en ville où les adhérents du Guidon pourront faire pousser des légumes, fleurs et aromates au gré de leurs envies et profiter d’un bel espace de verdure après quelques heures de mécanique. Et pour cela nous souhaitons apporter notre pierre à l’édifice en contribuant à la création de bacs de cultures.

Plant de courge poussant dans les interstices du bac à compost.
Plant de courge poussant dans les interstices du bac à compost.

Mais ceci est une autre histoire… Qui vous sera probablement contée dans les semaines à venir 😀

 

 

Laisser un commentaire