compost

Bio-déchets : premier bac d’apport volontaire public

Avant même la création de l’Association Terra Preta, nous avons pu expérimenter la mise en place d’un point d’apport volontaire des bio-déchets, en tant qu’adhérents au sein de l’Association du Jardin de Fontgiève. Merci, d’ailleurs, pour nous avoir laissé mener cette expérience qui perdure encore aujourd’hui.

Début de l’expérience des bio-déchets à Fontgiève…

Point d'apport volontaire des biodéchets situé au 109 de l'avenue de Fontgiève.
Point d’apport volontaire des biodéchets situé au 109 de l’avenue de Fontgiève.

L’idée de mettre en place un bac de collecte accessible depuis l’extérieur de l’association, ne s’est pas faite par hasard. Dés notre arrivée, nous avons pu observer à plusieurs reprises, que des riverains jetaient par-dessus la clôture du jardin, des sacs remplis de bio-déchets. Il n’en fallait pas plus pour comprendre l’importance d’agir maintenant !

Après quelques minutes, et un peu de bon sens, nous avons proposé aux autres adhérents de l’association de mettre en place un point de collecte public au sein du lieu. Malgré quelques réticences (entretien, odeurs, non-respect du tri…), qui d’ailleurs se sont vite dissipées,  l’idée a reçu un accueil positif de la part des membres de l’association.

Et c’est parti ! Des palettes, des clous et un peu d’énergie, et le premier point d’apport volontaire public des bio-déchets voit le jour. Réalisé en Juin 2016,  il s’est avéré être le premier sur la commune de Clermont-Ferrand dans le Puy de Dôme.

Et aujourd’hui, où en est l’expérience ?

À ce jour, l’association récupère environ 10m³ de bio-déchets par an. Une fois valorisé en compost, celui-ci est directement utilisé sur les surfaces de cultures. Cette simple action permet d’enrichir ainsi le sol tout en favorisant la biodiversité (nourriture et logis pour les micro-organismes qui attirent à leur tour les macro-organismes comme les oiseaux pour ne citer qu’eux).

Un an après la mise en place du bac, les utilisateurs se font de plus en plus nombreux. Et de fait, la quantité de matière ne cesse aussi d’augmenter.

Nous remercions, au passage, toutes ces personnes pour leur conscience écologique. Et cela même si nous  avons déjà eu l’occasion pour certaines d’entre elles de les remercier de vive voix.

Nous avons rapidement perçu l’intérêt de multiplier ces initiatives. En effet, elles répondent à un vrai besoin encore non comblé à Clermont-Ferrand.

À terme, la mise en place de points d’apports volontaires de compost en zone urbaine est une  solution concrète pour la réduction des bio-déchets.  Cette solution offrirait un avantage certain pour transformer nos bio-déchets en “bio-ressources”.

 

Laisser un commentaire